L’auteur du site

Je m’appelle Yves Bertrand, je suis – tout fraîchement – retraité de l’éducation nationale où j’exerçais les fonctions de professeur des universités à la Faculté des Sciences de l’Université de Montpellier dans le domaine de la physique et de la microélectronique. Donc, rien à voir avec la vie des cabarets artistiques montmartrois de la fin du XIXe ! Mais ceci explique peut-être cela.
Ma motivation pour la réalisation de ce site vient, sans surprise, d’une sensibilisation familiale. Du temps de mon enfance, et au-delà encore, pas une réunion de famille qui ne se termine par un : « et si on chantait une chanson de l’oncle Marcel Legay ? », « et pourquoi pas Va danser ? ». Et tout le monde d’entonner le refrain : « J’entends les vi-o-lons, Marie-e ; Va petiote que j’aimais bien ; … ». Parfois les plus anciens entamaient Ecoute, ô mon cœur (« Enfant à l’âme inaservie, … »), Le bleu des bleuets ou Sans rien dire. Côté environnement visuel, les murs de salon de la maison de mes parents à Muret (près de Toulouse) étaient en partie couverts de gravures ou dessins (Steinlen, Poulbot, Caran d’Ache, Carrier-Belleuse) et de photos liés à la vie de Marcel Legay.
Tout ce contexte fait une sorte de fonds de mémoire qui revient à l’esprit quand, disposant de plus de temps, on se met – et ça n’a vraiment rien d’original ! – sinon à « rechercher ses racines » au moins à fouiller dans la mémoire de ses parents. On rajoute à tout ça une véritable passion pour la musique – la grande et la moins grande – et pour la chanson. Et une grande attirance pour la voix humaine – pour moi le plus envoûtant des instruments de musique.
En commençant à m’intéresser à ce grand-tonton Marcel Legay (l’oncle de ma mère), le bonhomme m’a vite été sympathique. Ferme dans ses convictions idéalistes, aimé de tous mais indépendant et solitaire aussi, proche des « petites gens », peu préoccupé par l’argent pour l’argent, impliqué dans les idéaux socialistes de l’époque qui cherchaient à tirer le peuple vers le haut en l’éduquant, avec un petit côté anarchisant cohabitant, l’âge venant, avec un rien d’embourgeoisement, ce portait d’un « honnête homme » ne pouvait que me parler et je peux dire que me régale vraiment en développant ce site.

11 réflexions au sujet de « L’auteur du site »

  1. Agnès

    Quelques similitudes entre le grand-tonton et le petit neveu…. dans l’esprit et les convictions mais aussi dans le côté bon vivant ….

    Répondre
  2. Dolo et Jacques Layssac

    Bravo Yves, ton site est très intéressant, on comprend mieux ton ardeur à t’obstiner,malgré les piètres résultats, à nous faire chanter après les bons repas pris ensemble.
    bises à vous deux,

    Répondre
  3. Delphine

    Super ce site mais j’aimerais y voir toutes les couvertures de livres ou magazines de l’époque, même celles où sont uniquement mentionné le nom de Legay…

    Répondre
  4. Yves Auteur de l’article

    Alors, si maintenant j’ai même des commentaires qui viennent du continent asiatique, le taux de fréquentation du site va avoisiner celui de Barack Obama…
    Merci Numa pour tes compliments, et n’oublie pas qu’on compte sur vous, Agnès et toi, pour le « Centenaire Legay au Lapin Agile » du 20 avril…

    Répondre
  5. Reda

    Bonjour Mr. Bertrand.

    Je suis Reda, étudiant marocain, j ai étudié dans vos classes entre 2001-2003 à l université Montpellier 2. Tout mes respects. Professeur dévoué, modeste, pédagogue, toujours disponible et prêt à l écoute des étudiants. Merci encore une fois pour ce que vous nous avez inculqué comme valeurs humaines à travers de votre personnalité, sans parlé de la science que vous avez toujours su nous transmettre.

    Mes chaleureuses et respectueuse salutation.

    Reda

    Répondre
    1. Yves Auteur de l’article

      Bonjour,
      Rien ne peut faire plus plaisir à un enseignant qui a aimé passionnément son métier de transmission des connaissances aux jeunes générations que les mots que vous m’écrivez.
      Je suis fier et heureux de vous avoir laissé une telle impression.
      Je vous souhaite un bel avenir,
      Yves Bertrand.

      Répondre
  6. Christine

    Yves,

    Je connaissais l’époux de mon amie Françoise, je soupçonnais l’enseignant, le vrai, j’admirais la simplicité, l’authenticité, la discrétion, la conviction aussi… Je découvre le bon-vivant et surtout, moi qui ai la prétention de « chanter », l’amoureux des beaux textes et de la belle musique. Maintenant que moi aussi j’ai le temps -décidément : vive la retraite !- je me penche sur ton site qui en dit long sur ta ténacité dans la conduite ce projet. Bravo et longue carrière à « L’Acte chanson » !
    Au plaisir de vous retrouver tous les deux,
    Amitiés,
    Christine

    Répondre
  7. Yves Auteur de l’article

    Bonjour Christine,
    Merci pour ce soutien d’enfer !
    « De la chanson avant toute chose… », dit Jacques Palliès qui, avec (L’Acte Chanson), œuvre depuis plus de vingt ans pour promouvoir la chanson d’auteur.
    Rendez-vous, donc, le 15 avril pour les aventures de Marcel Legay au Trinque Fougasse…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *