Port-Lyautey 1960

Les chansons de ma jeunesse
à Port-Lyautey, au Maroc, en 1960
Mais que vient donc faire cette Chanson des années 1950 sur le site de Marcel Legay ?
Eh bien voilà ! Il y aura cette année soixante ans, ma famille quittait le Maroc où elle avait vécu pendant neuf ans pour rejoindre la petite ville de Muret près de Toulouse. J’ai eu envie de me souvenir de cette époque de mon enfance à travers les chansons que l’on écoutait alors. Les playlists que j’ai construites me sont propres, bien sûr, mais j’ai pensé qu’elles pourraient plaire à d’autres, babyboomers ou pas, c’est la raison pour laquelle j’ai choisi de les mettre en ligne sur le site du Tonton Marcel. Il ne m’en voudra pas. Il est large d’esprit, je le sais.
Chansons françaises des années 1950
1950’s American tunes
J’ai 12 ans, en octobre 1959, quand je rentre en 5ème au Lycée Abdelmalek As Saadi de Port-Lyautey[1], au Maroc. Mon frère Marc fait ses blagues de potache en seconde au Lycée Gouraud de Rabat. Mon frère Guy y prépare son bachot et l’aîné, Jean-Pierre, revenu en France pour finir ses études, est déjà père de famille à Muret (Haute-Garonne). Ma sœur, Marie-Catherine, ne m’intéresse alors que moyennement, du haut de ses quatre ans.
Nos deux chiens d’alors s’appellent respectivement Swing, pour l’épagneul breton et Rock, pour une sorte de clone de Milou. Vingt ans plus tard, notre springer de Montpellier s’appellera Reggae. Les chats ne font pas des chiens… et réciproquement…
Mon choix de chansons pour la playlist n’est pas dicté par une quelconque échelle de valeur culturelle. Il s’agit juste de mes « sou-ou-venirs, sou-ou-venirs« , en vrac, à la va comme ça vient.
Ce sont les chansons que j’entendais à la maison, soit fredonnées par ma mère Marcelline, soit diffusées par notre gros poste de radio à lampes Telefunken, soit passées sur l’électrophone Teppaz familial, soit enfin entendues dans les boums de mon frère Marc, boums aux alentours desquelles je traînaillais, petit merdeux de douze ans, pour écouter cette musique américaine si nouvelle et pour bader les douces filles de seize ans qui dansaient le rock ou faisait tourner leur hula-hoop. Dans cette playlist, je me suis quand même permis de glisser des chansons des années 50 que j’avais loupées à leur sortie mais que j’ai aimées par la suite.
Mes choix sont personnels et ils ne visent pas à démontrer quoi que ce soit. Pourquoi telle chanson ? Tout simplement parce qu’elle figurait sur un de nos disques familiaux et qu’elle me plaisait. Pourquoi telle autre ? Parce que c’était un tube qui reste représentatif de cette époque. Pourquoi pas celle-ci, qui est excellente ? Peut-être, parce que, dépendant de la programmation de Radio-Maroc, on est passé à côté. Peut-être aussi parce que notre milieu militaro-catholique[2] d’alors ne nous prédisposait pas spécialement à l’écoute des chansons, disons…, plus « Rive Gauche». Je me suis rattrapé par la suite…

[1] Je ne devrais pas dire Port-Lyautey : depuis l’indépendance du Maroc, le 2 mars 1956, la ville a retrouvé son nom arabe original de Kénitra. Mais pour moi, dans mes souvenirs, ça restera toujours Port-Lyautey… Et je sais que mes amis marocains ne m’en voudront pas.
[2] N’exagérons rien quand même. Mon père était un militaire foncièrement républicain et éclairé (si, ça existe !) et ma mère une catholique très ouverte aux autres (et ça aussi, ça existe !)