Sans rien dire

Sans rien dire (Claude Moselle, Marcel Legay) — 1899. Paroles. Partition.
Tirée du livre « les Ritournelles de Marcel Legay » sur des textes de Claude Moselle, Sans rien dire est certainement l’une des plus belles chansons de Marcel Legay. Le poème est très finement ciselé, avec une habile fausse analogie des thèmes des couplets (tes yeux, tes lèvres, ton coeur,… mais…) et des délicatesses d’écriture qui, comme la tournure « sans lui rien dire », par la simple inversion de deux mots, ajoute une vraie touche de beauté. Et sur cette jolie poésie, Marcel Legay a su composer une musique qui, tout en en respectant l’esprit et la cadence poétique, la bonifie encore. La fluidité de sa mélodie et son utilisation judicieuse des pauses musicales permet à l’interprète attentif et sensible d’en rendre toute l’âme (cf. la version de référence de Cora Vaucaire ci-dessous et celle, très touchante, de Lisa Louize sur « You Tube »).

J’ai répertorié 10 versions enregistrées de cette chanson, dont une introuvable hors Bibliothèque Nationale, celle de Sonia Nerval.
Je propose ici quelques unes des versions les plus représentatives avec mes commentaires, forcément subjectifs !

Sans rien dire par Louis LynelLouis Lynel, 1929. La superbe voix de Louis Lynel, dit « le baryton populaire ». Comme le note Hervé David (qui m’a gentiment fourni cet enregistrement) : « c’est émouvant de fermer les yeux et d’imaginer que c’est Marcel Legay qui chante, car il a commencé sa carrière comme baryton ».
Enregistrement issu du 78t, Columbia DF 19 – L 1947, décembre 1929.

Sans rien dire, WeberWeber, Baryton, non daté. Enregistrement issu du 78t Zonophone X82259. La numérisation de cet enregistrement historique de Weber, baryton du Théâtre municipal de la Gaîté, est faite à partir du 78t déposé à la BNF. Malheureusement la qualité de l’enregistrement n’est pas très bonne.

Sans rien dire par Jean Lumière Jean Lumière, 1952. La belle voix de Jean Lumière bien sûr, mais il y manque une petite touche de chaleur.

Sans rien dire par Catherine Maisse Catherine Maisse, 1958. Une interprétation peu connue et pourtant très réussie.

Sans rien dire par Cora Vaucaire Cora Vaucaire, 1955. Cora Vaucaire : la classe absolue ! Que rajouter ?

Sans rien dire : Aimé Doniat Aimé Doniat, 1961.

Sans rien dire : Georgette Plana Georgette Plana, 1968.

Sans oublier la très belle version « you tube » de Lisa Louize !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *